Les films

dimanche 22 janvier 2017 par roger

Le chanteur de Gaza de Hany Abu-Assad

  • comédie 2017, Palestine, GB, Qatar, Nederland, Émirats 1H 35
    Le Chanteur de Gaza est tiré de l’histoire vraie de Mohamed Assaf, un habitant de Gaza ayant remporté l’émission de télé Arab Idol, devenant la fierté de la ville meurtrie palestinienne.

Amour, Larcins et Autres Complications de Muayad Alayan

  • Fiction 2015, Palestine, 1H 33mn, VOSTF
    Les tribulations burlesques d’un petit malfrat palestinien. Mousa ne voit pas son avenir en Palestine et souhaite quitter le pays. Afin de réunir l’argent nécessaire à ce projet, il vole des voitures et revend les pièces détachées. Mais un jour, il trouve dans le coffre d’une voiture volée, un soldat israélien, fait prisonnier par les milices palestiniennes... La force du film tient à l’enchaînement permanent des situations jubilatoires et les aventures souvent absurdes de Mousa pris en tenaille entre services secrets israéliens et activistes palestiniens. Cette fable métaphorise joyeusement la situation des Palestiniens enfermés, qui tournent en rond dans ce pays comme dans une cage et tentent de préserver à tout prix leur intégrité.

3000 nuits de Mai Masri

  • Fiction, sortie janvier 2017, Palestine- France-Jordanie Liban-Emirats-Qatar, 1h43min, VOSTF.
    Années 80, à la veille des événements de Sabra et Chatila. La révolte gronde dans une prison israélienne, où sont détenues des prisonnières politiques palestiniennes. Layal, une jeune institutrice de Naplouse, vient d’arriver, condamnée à 8 ans de prison pour un attentat dans lequel elle n’est pas impliquée. Elle partage la cellule d’israéliennes condamnées de droit commun et s’habitue progressivement à l’univers carcéral. Mais Layal découvre qu’elle est enceinte. Envers et contre tous, elle décide de garder l’enfant. Tanit de Bronze et Prix du Meilleur Scénario aux JCC 2016 Journées Cinématographiques de Carthage- Tunis

The Curve de Rifqui Assaf

  • Fiction, 2015, Egypte- France-Jordanie, VOSTF
    Radi est jordanien d’origine palestinienne. Agoraphobe, il vit reclus dans son minibus. Malgré lui, il est contraint de prendre en stop trois individus. Laila est une femme d’origine syrienne, récemment divorcée. Victime d’une tentative de viol lors de son voyage vers Damas, Radi la secourt et lui ouvre son bus. Le chemin démarre à deux. Le lendemain, Sami, un artiste libanais, surgit sur la route. Sa voiture est en panne. À peine font-ils connaissance, que se joint à eux, un policier devant se rendre au prochain poste. Ce road movie dépeint des personnages dont le destin est lié plus qu’il n’y paraît. Un voyage surréaliste au bout duquel on découvrira la clé…

Hommage à Hiam Abbass

  • Le Pain
    Fiction, Hiam Abbass, 2000, France, 18 min, VOSTF.
    En France, à la campagne, un couple et leur fils de dix ans s’apprêtent à déjeuner. Il n’y a plus de pain. Le père part en chercher au village. Comme il tarde à revenir, la mère part à son tour… Film récompensé par le Grand Prix de la Ville de Montpellier.
  • Héritage
    Fiction, Hiam Abbass, 2012, France- Israël, 1h28 min, VOSTF
    Une famille palestinienne se rassemble dans le Nord de la Galilée pour célébrer un mariage, dans un climat de guerre. Lorsque le patriarche tombe dans le coma, les conflits internes font exploser peu à peu l’harmonie familiale, révélant secrets et mensonges jusqu’alors enfouis… Premier prix de la Commission Technique de l’Image et du Son de Lumières de la presse étrangère et 5 nominations.

La Porte du soleil de Yousry Nasrallah

  • Fiction, 2004, Egypte-France 270 min, VOSTF
    En 1994, dans un hôpital du camp de Chatila, Khalil, maintient en vie Younès, un héros de la résistance palestinienne. Le médecin s’emploie à remémorer à son patient, tombé dans le coma, les souvenirs de sa propre existence. Khalil relate cinquante ans d’histoire palestinienne depuis la fondation de l’Etat d’Israël et l’exode de 1948, jusqu’aux négociations de paix d’Oslo. Il cherche en même temps à élucider l’un des mystères qui ont entouré la vie amoureuse de Younès et de sa liaison secrète avec Nahila. De cette union cachée sont nés des enfants dont la simple présence en Galilée est une façon pour le héros de réintégrer sa patrie perdue...

Personal Affairs de Maha Haj

  • Fiction, 2016, Palestine-Israël, 1h30 min, VOSTF
    Le premier long-métrage de Maha Haj, se présente comme la chronique légère des anicroches ordinaires, au sein d’une famille arabe vivant des deux côtés de la frontière israélo-palestinienne. A Nazareth, les parents, pétris dans leurs habitudes, forment un couple apathique et indifférent. En Suède, leur fils aîné travaille en attendant leur visite, pour leur présenter sa petite amie. A Ramallah, leur fille attend un enfant, son mari se laisse entrainer dans le tournage d’un film américain, et le cadet, éternel célibataire, tombe amoureux d’une fille qu’il souhaiterait entraîner dans un concours de tango…

Je danserai si je veux de Maysaloun Hamoud

  • Fiction, , 2016, Israël, 1h 36 min VOSTF
    Le premier film de Maysaloun Hamoud relate le quotidien de trois jeunes Palestiniennes à Tel Aviv et la difficulté de trouver un équilibre entre traditions familiales et désir d’indépendance : liberté de travailler, liberté de choix, liberté de s’épanouir, de faire la fête. Le prix à payer est lourd. Ce premier film a reçu plusieurs prix internationaux.

Les yeux d’un voleur (Ouyoun El-Harramia) de Najwa Najjar

  • Fiction 2014, Palestine/Algérie/France 97 min, VOSTF
    Inspiré d’une histoire vraie (en 2002, un jeune Palestinien tue dix Israéliens à un checkpoint), le second film de Najwa Najjar plonge au cœur de la réalité palestinienne et de ses familles éclatées. Dans un quotidien marqué par l’emprisonnement des pères et la souffrance des mères, les enfants gardent de profondes séquelles psychologiques. Un noir état des lieux pour un thriller porté par le ténébreux acteur égyptien Khaled Abol Naga et la sobriété de la chanteuse algérienne folk Souad Massi, pour sa première apparition au cinéma.

Documentaires

  • « Un été long et chaud » de Norma Marcos 2016, 74 min.
    « Je tournais un film sur ma nièce Yara, sur les femmes et la vie quotidienne en Palestine. « J’ai 16 ans et j’ai déjà vécu 3 guerres », a écrit Farah Baker, une jeune palestinienne dans un tweet après le bombardement de sa maison à Gaza. Affligée par ce tweet, j’ai su que mon film allait prendre une autre direction. J’ai pris alors ma caméra et ait commencé à rencontrer des Palestiniens. Dans mon film, on découvre à travers, un artiste, un boulanger, une paysanne, une fleuriste, un banquier ou encore une pilote automobile, ces personnes touchées par ce conflit dans leur vie quotidienne, leur solidarité envers Gaza et qui tentent de construire leur société malgré l’occupation et l’oppression. » Norma Marcos
  • Nous ne pouvons pas y aller maintenant, mon ami de Carol Mansour
    Documentaire, , 2014, Palestine, 46 min.
    Quand les Palestiniens ont été chassés de la Palestine en 1948, certains ont été accueillis en Syrie. Lorsque la guerre civile éclate dans ce pays, ils fuient comme des milliers d’autres, mais la situation est plus compliquée pour eux. Cherchant refuge au Liban, en tant que Palestiniens, ils ne sont pas vraiment les bienvenus. En tant que réfugiés, leurs documents de voyage ne sont pas reconnus. C’est la 2ème fois qu’ils perdent tout et se retrouvent une fois de plus sans toit et sans pays. Ce documentaire raconte l’histoire des ces réfugiés, deux fois réfugiés…
  • Rêves d’exil de Mai Masri
    Documentaire, 2001, Palestine, Liban, Etats-Unis, 56 minutes)
    Ce film raconte l’histoire de deux jeunes Palestiniennes. L’une Mona vit dans le camp de réfugiés de Chatila, à Beyrouth ; l’autre, Manar, vit à Dheisheh, un camp de réfugiés près de Bethleem. Tourné lors du déclenchement de la seconde Intifada, le film raconte les rêves de jeunes filles ainsi que l’amitié́ qui grandit entre elles via Internet, jusqu’à leur rencontre à la frontière. À travers l’histoire de ces deux adolescentes, c’est l’histoire de toute une génération d’adolescents séparés, déchirés, loin de leurs terres, de leurs racines, et dont la préoccupation principale est bien éloignée de celle des adolescents de pays en paix.

Courts métrages

  • La pierre de Salomon de Ramzi Maqdsi, (25 mn)
  • Condom lead de Tarazan et Arab Nasser
  • Bateau de papier d’Amer Nasser et Mahmoud Abu Ghalwa
  • La trilogie de Larissa Mansour
  • Clichés de Nadine Naous
  • House 4mn, MAA BAA 6mn, Ayny -My second eye- 11mn d’Ahmad Saleh
  • Ismail de Nora Alsharif (28mn)

Partenaires


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 327 / 10234

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 3ème édition   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License